À l’affût des étoiles

À l’affût des étoiles

Le télescope en cours de construction au Chili promet d’offrir un tout nouveau moyen d’observer l’univers.

Par Richard Surman
Photos LSST & Getty Images

Aéronautique et aérospatiale

Le palier hydrostatique à patins SKF

Conçue pour le LSST, la solution de palier hydrostatique à patins sur mesure Hydrostatic Bearing System (HBS) de SKF a été élaborée pour que la rotation et les axes horizontaux et verticaux correspondent aux exigences de précision, de rigidité élevée et de frottement réduit au minimum. Le HBS s’aligne automatiquement et est très précis. Il émet peu de frottement (zéro frottement à la mise en marche) et offre une grande rigidité aux montures pour parer les secousses sismiques. Il supporte des charges élevées et fonctionne sans s’user.

Actuellement en construction au sommet d’un mont au Chili, le nouveau Large Synoptic Survey Telescope (LSST) (grand télescope d’étude synoptique) sera capable de saisir plus de détails provenant d’objets cosmiques très faiblement lumineux que n’importe quel télescope en activité et, ce faisant, il changera notre perception de l’univers.

Sa conception est révolutionnaire : il associe 1) un système novateur à trois miroirs et au champ de vision d’une largeur exceptionnelle (l’équivalent de 40 pleines lunes) et 2) le plus grand appareil photo numérique jamais fabriqué. Il fournira un tout nouveau moyen d’observer le cosmos.

Pendant dix ans, il va balayer l’univers, réunissant, chemin faisant, quelque 60 pétaoctets (1 Po = 1 million de Go) d’informations. Cette information sera mise à la disposition des astronomes, des établissements d’enseignement supérieur et du public et permettra à tout un chacun de voir des objets 10 millions de fois moins lumineux que ceux perceptibles à l’œil nu.

Empresarios Agrupados

Créé en 1971, Empresarios Agrupados (EA), dont le siège est à Madrid, est l’un des grands groupes espagnols de génie civil. Il a d’abord été fondé pour offrir des services d’étude et de gestion à l’industrie nucléaire espagnole. EA, dont l’effectif permanent est de plus d’un millier de collaborateurs, et ses partenaires emploient plus de 9 000 salariés. En 2013, leur chiffre d’affaires cumulé s’élevait à plus de 3,5 milliards d’euros.

Spécialisé à l’origine dans le nucléaire et les centrales thermiques à énergie fossile, EA s’est diversifié dans l’aéronautique, les énergies renouvelables, les télescopes, la fusion nucléaire et la production d’électricité à partir d’hydrogène. Il est implanté par le biais d’Empresarios Agrupados Internacional dans une quarantaine de pays.

www.empresariosagrupados.es
www.lsst.org

La dimension et l’envergure de n’importe quel projet sont déterminées par les limites de l’intelligence et
de l’imagination de l’ingénieur.Alfredo Orden, responsable de la section composants du service mécanique chez EA

Situé au sommet du mont Pachón, au Chili, dans la région de Coquimbo, l’appareil photo du LSST prendra chaque nuit plus de 800 images panoramiques avec une résolution de 3,2 milliards de pixels. Toutes les trois nuits, il produira un relevé cosmique animé en 3D du ciel visible. Les applications des informations récupérées sont quasi illimitées. Elles nous permettront de mieux comprendre la matière noire et l’énergie noire, de suivre à la trace les objets de passage, d’explorer les systèmes solaires lointains, de cartographier le ciel optique, d’observer la formation et la structure de notre propre galaxie et même de détecter et de surveiller les astéroïdes susceptibles de tomber sur Terre. Les données recueillies, soit plus de 15 téraoctets par nuit, seront traitées par le National Center for Supercomputing Applications de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign, aux États-Unis. Celui-ci enverra les informations pertinentes à des télescopes optiques mieux équipés pour observer les événements et objets individuels.

Les éléments du LSST

Les éléments du LSST

1. Télescope de 350 tonnes.
2. Socle de 16 m de long.
3. Cimier de 11 m de large.
4. Coupole de 30 m de haut.
5. Monte-charge vertical de 27 m.
6. Salle blanche appareil photo.
7. Miroir M1M3 de 75 tonnes.
8. Chambre d’aluminisation.
9. Salle de commandes.
10. Salles des machines.

Le concept de base est simple : fournir un relevé approfondi et régulier de l’ensemble du ciel visible pendant dix ans en vue de créer le plus grand catalogue astronomique d’images et de données. L’entreprise d’ingénierie Empresarios Agrupados (EA), dont l’expérience en matière de grands télescopes, en particulier le GranTeCan sur l’île de La Palma aux Canaries, n’est plus à démontrer, a été chargée de concevoir l’avant-projet (étude et construction mécanique) et de superviser la fabrication, la construction, le montage et la phase d’essais de la monture du LSST. Le télescope est en cours de production à l’aciérie Asturfeito dans les Asturies, en Espagne.
        

Contact commercial

evolution@skf.com

Alfredo Orden, responsable de la section composants du service mécanique chez EA, dirige une équipe de 20 ingénieurs spécialisés dans le génie mécanique, les systèmes de commande, le génie électrique, la construction et l’architecture. « La conception du LSST a dû surmonter quelques obstacles : comment supporter un miroir de 8,4 m de diamètre et un capteur numérique de 3 m, concevoir une structure capable de résister à des mouvements sismiques fréquents dans cette région du Chili et s’assurer que tout l’ensemble se déplace avec une précision chirurgicale et que les besoins de maintenance et les pannes seront les moins fréquents possible. Tous ces facteurs exigent le plus haut niveau sur le plan du génie civil. »

L’ingénieur semble accepter l’envergure et la complexité du projet sans sourciller. « L’ingénierie, c’est l’ingénierie. On résout des problèmes techniques. La principale difficulté, c’est d’être compétitif. La dimension et l’envergure de n’importe quel projet sont déterminées par les limites de l’intelligence et de l’imagination de l’ingénieur. Notre approche ici est d’entretenir une atmosphère de travail animée par un échange constant et dynamique d’idées. La fiabilité et la précision des composants du LSST sont cruciales pour son bon fonctionnement. C’est à nous de veiller à ce que tous les éléments prévus – achats, construction, installation et fonctionnement sans faille de tous les systèmes mécaniques et électri­ques – soient parfaits. »

N.B. : le LSST est financé par la National Science Foundation aux États-Unis, le département américain de l’Énergie et des fonds privés levés par la LSST Corporation.

Sur le même sujet