Swell solution

En bonne position

La société française de haute technologie Symétrie fabrique des hexapodes, des mécanismes à structures parallèles qui servent à tester des produits et à simuler la houle. Ces appareils sont très demandés par les industries aéronautique, navale, spatiale et pour bien d’autres applications.

En bref

Les plus grands hexapodes du monde
Disposant d’un immense savoir-faire en matière d’automatisation industrielle, SKF Transrol est spécialisée dans la fabrication de vis à billes, vis à rouleaux et vérins électromécaniques. Elle est depuis longtemps à la pointe du développement des vérins électromécaniques, lesquels associent la puissance des vérins hydrauliques à la vitesse des vérins pneumatiques.

En 2003, Symétrie a demandé à SKF de lui soumettre une offre portant sur des vérins haute vitesse dont les spécifications dépassaient largement le cadre des caractéristiques habituelles. Depuis, de nouvelles collaborations avec Symétrie ont entraîné SKF Transrol dans de nouveaux domaines d’application. Le dernier projet en date porte sur la construction des deux plus grands hexapodes de tous les temps. Synchronisées, les deux machines permettent de simuler la houle. Elles peuvent atteindre une hauteur de 5 m et se mouvoir en suivant les six degrés de liberté (rotations et mouvements sur trois axes perpendiculaires). Le client de Symétrie, exigeait que les hexapodes soient capables de performances dynamiques exceptionnelles tout en supportant une charge utile de 4 tonnes. Les vérins spéciaux EMC SLSA 50×50 peuvent se déplacer à une vitesse de 1,5 m/s avec une course de 2 m et un frein de secours monté directement sur la vis.

Liens apparentés

SKF Actuators

Symetrie

Contact commercial

Olivier Fernoux, Olivier.Fernoux@skf.com

Dans le sud de la France, la ville de Nîmes abrite de nombreux monuments antiques majestueux. La cité a été fondée par des Romains entreprenants qui ont fait preuve d’un grand savoir-faire technique dans son aménagement. L’innovation y est toujours de mise : six machines articulées à six vérins, des hexapodes, sont en cours de conception et de réalisation dans les ateliers de la société de haute technologie Symétrie.

En 2001, Olivier Lapierre et son associé Thierry Roux créent Symétrie après avoir constaté que les hexapodes sur lesquels ils travaillent au Laboratoire national de métrologie et d’essais peuvent être adaptés à d’autres applications. « Nous avons pris une autre direction, abandonné les hexapodes de métrologie en faveur des hexapodes de positionnement et de simulation de mouvement de haute précision, raconte Pierre Lapierre, aujourd’hui gérant de Symétrie. La souplesse offerte par les mouvements parallèles d’un hexapode, modulables à l’infini, a ouvert de nouveaux champs d’application à ces simulateurs. »

Le tandem est rapidement rejoint par un ex-collègue, Gilles Diolez, venu terminer sa thèse de doctorat sur la position géométrique des solides dans la construction de nouveaux robots. Aujourd’hui, Symétrie fournit des solutions pour les industries navale, aéronautique, automobile, optique, médicale, nucléaire ou électronique, ainsi que pour les centres de recherche. Intégrant six vérins, les hexapodes sont capables de se déplacer dans n’importe quelle direction ou orientation en générant des mouvements dynamiques et puissants.

Les clients demandent souvent à Symétrie de leur proposer des solutions techniques inédites. Pour ce faire, l’entreprise collabore avec des équipementiers disposant d’un grand savoir-faire technique et ouverts aux nouvelles idées. Parmi eux, SKF Transrol, implanté à Chambéry. Chef de projet chez SKF, Olivier Fernoux a littéralement relevé le défi d’intégrer des vérins SKF dans un hexapode Symétrie. « SKF a témoigné d’un grand intérêt et de beaucoup de respect dès le départ, se souvient Olivier Lapierre. Après quelques échanges, les deux partenaires ont énormément progressé. »

Résultat de cette collaboration : un hexapode simulateur de houle baptisé Sirocco, du nom d’un des nombreux vents qui soufflent sur Nîmes. Cliente de Symétrie, l’entreprise d’ingénierie GTT (Gaztransport & Technigaz) a été très impressionnée par la machine. Dans les années qui ont suivi, elle a commandé plusieurs autres modèles de tailles différentes pour compléter ses installations d’essais. Les produits de Symétrie lui ont permis d’étudier l’impact des fluides en mouvement sur les membranes de confinement conçues par ses soins pour les méthaniers.

À l’heure actuelle, Symétrie emploie une vingtaine d’ingénieurs qui travaillent sur des solutions faisant appel à l’ingénierie mécanique, à l’électronique et au développement de logiciels. Les deux tiers de ses nouvelles recrues arrivent au terme de leurs études de troisième cycle.

Récemment, les ateliers ont été agrandis de 400 m2 pour accueillir des bancs d’essais et des hexapodes de plus grandes dimensions. Les installations voisines sont réservées aux hexapodes plus petits, tels que Sures, un modèle qui sert à positionner les miroirs de télescopes avec une résolution inférieure à 0,1 micron !

Symétrie est en pleine croissance et cherche à se développer à l’international tout en conservant la même structure afin de rester flexible et inventive. Son chiffre d’affaires a grimpé de 50 % entre 2011 et 2012 pour atteindre 4,1 millions d’euros.

Pour Olivier Lapierre, les applications spatiales sont la prochaine étape : « La génération de télescopes spatiaux à venir sera équipée de plus grands miroirs qui devront être positionnés avec précision quand ils seront utilisés. »

Sur le même sujet