Un tram en voie de modernité

Un tram en voie de modernité

Hong Kong Tramways, qui exploite la plus grande et la plus ancienne flotte de trams à deux étages au monde, a décidé d’équiper ses véhicules d’une nouvelle technologie qui devra respecter leur aspect ancien et unique.

Par Jan Hökerberg
Photos Getty Images et Cheng Kwok-Keung

Boîtes d'essieux Ferroviaire Roulements à rouleaux coniques

Hong Kong Tramways

Le tramway longe la rive nord de l’île de Hong Kong d’est en ouest, et vice-versa, depuis 1904. À l’heure actuelle, Hong Kong Tramways possède et exploite une flotte de 164 trams, dont un tram de maintenance et deux véhicules anciens qui sont loués pour des événements privés.

C’est la plus grande flotte de trams à impériale encore en activité. Elle transporte jusqu’à 200 000 passagers par jour.

Le réseau s’étend du terminus de Shau Kei Wan à l’est à celui de Kennedy Town à l’ouest. Une ligne supplémentaire fait une boucle dans Happy Valley.

Depuis 2010, Hong Kong Tramways est la propriété d’une coentreprise formée par deux leaders français des transports publics : RATP Dev, qui exploite le métro parisien, et Transdev, ex-Veolia Transdev, qui est implanté dans 20 pays et gère 13 modes de transport différents.

Les légendaires trams à impériale de Hong Kong sillonnent les rues de l’île principale depuis plus d’un siècle. Ils sont à la fois une solution de transport pratique pour les habitants et une attraction nostalgique et bon marché pour les touristes.

Pour 2,60 dollars HK seulement (soit 0,30 euro – enfants et personnes âgées payant demi-tarif), un passager adulte peut traverser l’île d’est en ouest, et vice-versa, et découvrir en passant les nombreux gratte-ciel ainsi que les marchés et l’ambiance des rues de la région administrative. Le panorama est encore plus spectaculaire depuis le premier étage.

En langage familier, les Hongkongais appellent le tram « ding ding » en raison du double coup de cloche (ou gong) qui retentit pour prévenir les piétons de son approche. « Notre histoire, notre excellente réputation dans la métropole et toutes les valeurs héritées du passé, tout cela est une bonne chose pour nous, estime Cyril Aubin, directeur général de Hong Kong Tramways. Mais [ces facteurs] imposent également quelques contraintes car nous devons conserver et entretenir un véhicule unique en son genre dont la conception remonte à 60 ou 70 ans. »

Les légendaires « ding ding » (tramways) sillonnent les rues de l’île de Hong Kong depuis plus d’un siècle.

Par ailleurs, ce tram historique présente quelques désagréables défauts intrinsèques, en particulier les grincements et le vacarme qui accompagnent généralement ses déplacements.

Boîtes d’essieux avec ensembles roulements à rouleaux coniques SKF

Hong Kong Tramways a conçu deux prototypes de boîtes d’essieux en collaboration avec SKF : une conique avec suspension en caoutchouc et une autre en forme de chevron avec ressorts en caoutchouc. Toutes les deux sont équipées d’un ensemble roulement à rouleaux coniques SKF. L’entreprise a réalisé deux bogies intégrant ces prototypes.

« À la demande de Hong Kong Tramways, le CRRC Sifang Rolling Stock Research Institute en Chine a simulé par ordinateur le comportement dynamique des bogies, indique Steven Chan de Hong Kong Tramways. Il a également analysé leur résistance structurelle et leur résistance à la fatigue. Les deux modèles ont été validés. Nous allons effectuer des essais de comportement dynamique sur le terrain qui nous aideront ensuite à déterminer quel prototype est le plus adapté à nos besoins. »

Voilà pourquoi l’intégration d’une nouvelle technologie visant à améliorer le confort des passagers et faciliter la maintenance tout en conservant la forme et l’aspect du tram représentait un véritable casse-tête pour l’opérateur.

Au terme de plusieurs années de réflexion, Hong Kong Tramways a décidé en 2018 d’investir plusieurs millions de dollars HK pour remplacer sur l’ensemble de la flotte, soit 164 trams, les bogies (ou châssis porteurs) qui contiennent les roues, essieux, moteurs et freins.

Les bogies d’origine remontaient aux années 1920 et avaient été rénovés dans les années 1950. « Notre tram étant vraiment unique, nous ne pouvons pas demander à un fournisseur externe de les construire pour nous. Nous devons les fabriquer et les modifier nous-mêmes. Nous ne sommes pas vraiment un producteur de matériel roulant, mais nous avons vraiment gagné en compétences ces dix dernières années. »

Hong Kong Tramways a coopéré avec SKF pour développer deux prototypes de boîtes d’essieux.

Hong Kong Tramways a coopéré avec SKF pour développer deux prototypes de boîtes d’essieux.

Boîte d’essieux équipée d’un roulement à rouleaux coniques SKF.

Boîte d’essieux équipée d’un roulement à rouleaux coniques SKF.

Au cours d’une première phase qui durera cinq ans, 60 bogies vont être remplacés pour la somme de 40 millions de dollars HK (soit 4,5 millions d’euros) environ. « Il y a six ans, nous avons déterminé que les boîtes d’essieux étaient le composant le plus critique du bogie, explique Steven Chan, responsable technique en chef chez Hong Kong Tramways. Elles sont à l’origine de nombreux problèmes car elles cassent ou se fissurent. Nous devons faire appel à des mécaniciens très qualifiés pour effectuer par soudage les réparations nécessaires. »

Les boîtes d’essieux actuelles comprennent des rotules standard, lesquelles posent problème notamment dans les nombreux virages serrés qui parsèment le réseau. « C’est très difficile de concevoir un bogie pour les voies de tram de Hong Kong, reconnaît Steven Chan. Nous nous sommes rendu compte que le meilleur remède consistait à modifier les bogies en remplaçant les boîtes d’essieux et en sélectionnant des roulements appropriés. »

Les nouveaux bogies vont être très utiles.
Cyril Aubin, directeur général de Hong Kong Tramways

Cette décision a poussé Hong Kong Tramways à envisager avec SKF une nouvelle conception des boîtes d’essieux intégrant des roulements SKF. « SKF a été d’un grand soutien et nous a conseillés sur le plan technique, confie Cyril Aubin. Étant donné que les bogies remontent aux années 1920, nous ne disposons d’aucune information ou documents de calculs techniques pouvant servir de références. Nous devons tout redécouvrir. »

Contact commercial

evolution@skf.com

« Les nouveaux bogies vont être très utiles : ils vont accroître la fiabilité, faciliter la maintenance et réduire notre consommation d’électricité. En ce qui concerne les passagers, nous espérons qu’ils trouveront le voyage plus confortable, plus silencieux et moins chaotique. »

L’installation des nouveaux bogies devrait commencer au cours du premier trimestre 2019.

(1:24)

Sur le même sujet