Partenariat record

Partenariat record

Ferrari et SKF collaborent depuis la création de la marque italienne il y a 70 ans. Ce partenariat constitue la plus longue coopération technique ininterrompue de l’histoire de la Formule 1.

Par Claudia B. Flisi
Photos Ferrari

Automobile

En bref

Création
En 1939 par Enzo Ferrari sous la dénomination Auto Avio Costruzioni à Maranello, en Italie. La première voiture portant le nom de Ferrari sort en 1947, date considérée comme l’acte de naissance officiel de l’entreprise.

Propriétaire
La société holding Ferrari N.V., qui détient Ferrari S.p.A., est cotée à la Bourse de New York. C’est une entité distincte du groupe FCA (Fiat Chrysler Automobiles), propriétaire de Ferrari S.p.A. à 80 % (100 % auparavant).

Implantation
Siège social à Amsterdam, aux Pays-Bas. L’usine, le circuit et le musée Ferrari sont situés à Maranello, en Italie, à environ 18 km de Modène, dans la région d’Émilie-Romagne, au nord-est du pays.

Gamme
Modèles portant le nom de la marque de voitures de sport la plus puissante au monde d’après le cabinet d’évaluation des marques Brand Finance.

Effectif
2 858 salariés.

Chiffre d’affaires mondial
3 105 milliards d’euros en 2016.

Contact commercial

, evolution@skf.com

Ferrari est assurément le septuagénaire le plus sexy de la planète. Selon Brand Finance, le cabinet britannique d’évaluation des marques, le constructeur automobile italien, qui souffle ses 70 bougies en 2017, est la marque de voitures la plus puissante au monde. La Scuderia est également l’écurie la plus couronnée de succès de l’histoire de la F1 : 224 victoires en Grand Prix depuis la création du championnat en 1950. Les raisons de ce record enviable sont à la fois d’ordres objectif et affectif.

L’idée de départ, […] la dernière main à une nouvelle voiture de sport […] est toujours le fruit d’un travail d’équipe. C’est une synthèse, une œuvre collective.
Enzo Ferrari

Or, Enzo Ferrari lui-même n’était pas un sentimental. Ainsi, il déclarait : « L’idée de départ, […] la dernière main à une nouvelle voiture de sport […] est toujours le fruit d’un travail d’équipe. C’est une synthèse, une œuvre collective. »

Fabricant de roulements et fournisseur de technologies de pointe dans le secteur automobile, SKF collabore avec Ferrari depuis 1947. De ce fait, les deux partenaires entretiennent la plus longue coopération technique ininterrompue de l’histoire de la F1. Au fil des années, le cahier des charges des monoplaces s’est extrêmement complexifié, la technologie a évolué au même rythme que les matériaux composites et les membres des équipes collaborant dans les deux entreprises se sont succédé. Néanmoins, ce partenariat est aussi solide qu’au premier jour.

Selon Andrea Candelpergher, ingénieur au bureau d’études de la Scuderia Ferrari, il y a quatre raisons à cela : Accessibilité, Rapidité, Compatibilité et Expérience.

Accessibilité : SKF répond présent quand on l’appelle. « En cas d’urgence ou de demande pressante, SKF a toujours réagi rapidement, nous fournissant les composants ou son expertise ou ce dont on avait besoin. » Andrea Rifici, ingénieur d’applications F1 chez SKF en Italie, confirme ces dires : « La planète F1 ne s’arrête jamais de tourner, et nous non plus. Nous sommes disponibles à tout moment, même les week-ends. »

La rapidité joue manifestement un rôle déterminant en F1 où les performances se mesurent en millièmes de secondes sur les circuits. Pour un fournisseur, la vitesse concerne tout autant les délais de réaction initiale que ceux de production. Afin de satisfaire les besoins de Ferrari, SKF est capable de produire le premier prototype d’un nouveau roulement en 12 semaines.

La Compatibilité souligne combien l’équipe de Ferrari et celle de SKF sont sur la même longueur d’onde. Andrea Candelpergher précise que les ingénieurs SKF qui travaillent avec son groupe « pensent comme nous. » : « Tous sont en phase avec la vision F1 de Ferrari. »

On nous considère comme faisant partie de l’équipe Ferrari. On partage les mêmes idéaux, objectifs et désir de gagner. On se fait confiance.
Andrea Rifici, ingénieur d’applications F1 chez SKF en Italie

Collaborer avec la Scuderia est une immense responsabilité pour les trois ingénieurs SKF mandatés, ajoute Andrea Rifici. « On nous considère comme faisant partie de l’équipe Ferrari. On partage les mêmes idéaux, objectifs et désir de gagner. On se fait confiance. » Ils bénéficient d’un contact privilégié auprès de leurs interlocuteurs chez Ferrari et sont libres de concevoir des composants spéciaux pour le constructeur italien. L’accent est mis sur la réduction du poids, la diminution du moment de frottement et le recours aux technologies les plus pointues du marché.

L’Expérience fait référence aux vastes connaissances que possède SKF sur les roulements dans d’innombrables applications. Le savoir-faire accumulé est très utile à l’équipe en raison de la rapidité et de la complexité du championnat de F1. Une Ferrari intègre 150 types de composants SKF. « Leur nombre total est supérieur », estime Andrea Rifici. En outre, chaque année, certains roulements de la monoplace sont modifiés ou redessinés pour répondre aux nouveaux critères, règlements, matériaux, stratégies et difficultés rencontrées pendant la course. Ferrari analyse ces problèmes, puis envoie les roulements à SKF pour une analyse plus poussée en lui demandant de lui proposer des améliorations. Aussitôt achevé, le cycle développement-essais-course-retour d’expérience-modification recommence.

Le monde de la F1 étant opaque et extrêmement compétitif, il est très rare que des exemples d’amélioration fuitent. Mais Andrea Rifici se souvient que les performances de la Ferrari se sont améliorées le jour où l’acier industriel standard d’un jeu de roulements a été remplacé par un acier allié spécial.

En plus des changements intervenant chaque année dans le règlement sportif de la F1, des modifications techniques importantes sont imposées tous les quatre ou cinq ans. En 2017, celles-ci portent sur l’aérodynamique et l’augmentation de la largeur des pneumatiques. Ceci a une incidence sur les roulements de roue, lesquels doivent résister à une vitesse plus élevée, à un poids accru et à une hausse de la température tout en offrant des performances et une fiabilité équivalentes, voire supérieures. Ferrari compte sur SKF pour lui fournir des roulements, et des roulements de roue en particulier, qui maximisent les performances tout en affichant les dimensions et le poids les plus inférieurs possibles.

« Nous nous rencontrons une fois par semaine avec SKF pour évoquer les problèmes, les développements et les questions relatives à la conception, indique Andrea Candelpergher. Le fait d’avoir toujours eu des relations très personnelles entre nous aide beaucoup. » Faisant écho à la description du travail d’équipe faite par Enzo Ferrari il y a plusieurs décennies, il ajoute que « la dimension humaine peut expliquer pourquoi notre collaboration dure depuis si longtemps. »

 

 

 

Sur le même sujet