The sweet taste of success

Une production tout sucre

Après avoir connu de graves difficultés financières dans les années 1990, le producteur de sucre philippin Victorias Milling Company est de nouveau numéro un et cherche des moyens de stimuler sa rentabilité et protéger l’environnement.

En bref

VMC

Implantation : les Philippines.

Fondation : 1919.

Activité : sucre roux et raffiné.

Part de marché : 32 % pour le sucre raffiné, 13 % pour le sucre roux.

Capacité de production : 15 000 tonnes de sucre roux par jour.

www.victoriasmilling.com

Liens apparentés

VMC

SKF Condition Monitoring

SKF Lubricants

Contact commercial

Arnolfo Moncada, Arnolfo.Moncada@skf.com

La route menant à la Victorias Milling Company (VMC) dans la province de Negros Occidental aux Philippines est encombrée de gros camions, croulant sous le poids des cannes à sucre à livrer pour être broyées. Le riche sol volcanique et le climat tropical luxuriant de l’île de Negros en font un site tout à fait adapté à la fabrication du sucre : la moitié des 32 usines sucrières du pays y sont implantées. À l’aéroport international situé dans la ville de Bacolod, un panneau accueille avec fierté les touristes dans le « sucrier des Philippines ».

Première productrice nationale de sucre raffiné, VMC a été précurseur dans ce secteur et fabrique la douce substance depuis 1919. En 1997, elle a traversé une période difficile et la cotation de ses titres a été suspendue en bourse. Elle a mis en œuvre un programme de redressement, et, en 2000, un accord sur la restructuration de sa dette a été conclu. Malgré ces difficultés, elle a terminé l’année 2012 au premier rang des producteurs philippins de sucre raffiné. Arcadio « Boy » Lozada, responsable de la production, précise que l’objectif de VMC est d’être désendettée en 2018. « En janvier 2013, nous avons remboursé à l’avance un milliard de pesos [18,6 millions d’euros] et ainsi diminué considérablement le montant de nos créances. Nous avons confiance en l’avenir. »

En 2012, l’île a été touchée par deux typhons, qui heureusement n’ont provoqué que peu de dégâts. « Le broyage de la canne à sucre est une opération fascinante. Elle vous oblige à rester vigilant », estime Arcadio Lozada. La météo, la coopération des planteurs et l’état des équipements ont une extrême influence sur la productivité de l’usine.

Même si VMC n’est pas encore totalement remise de ses ennuis financiers, elle a pris d’importantes mesures en vue d’améliorer son impact sur l’environnement. Ainsi, la bagasse, les résidus de tiges de canne à sucre après broyage, est brûlée dans le four de l’usine. Elle se consume très bien et est le seul combustible nécessaire.

En outre, l’eau de process est recyclée. Selon Anne Tiongco, responsable de la communication chez VMC, les usines sucrières consomment énormément d’eau : « Le recyclage minimise notre dépendance. Nous avons investi dans une installation d’épuration. Le dispositif fait circuler l’eau de process dans 15 bassins où elle refroidit et se décante avant d’être retournée à la rivière, un procédé qui ne nuit pas à l’environnement. Nous disposons également d’un précipitateur électrostatique qui réduit la production de fumée noire [chargée de particules]. »

En 2015, l’industrie sucrière philippine devra relever un défi de taille : les barrières douanières sur l’importation de sucre seront alors abaissées de 18 à 5 %, poussant les usines à rivaliser avec le sucre étranger dont la production est subventionnée. Il existe d’autres débouchés alternatifs pour les produits et résidus des raffineries. Les producteurs se tournent de plus en plus vers la production d’éthanol et fabriquent des plastiques biodégradables à partir de la mélasse.

Arcadio Lozada a autrefois travaillé dans une usine où on changeait systématiquement les roulements des principaux réducteurs une fois par an. « Lorsque j’ai demandé comment on savait qu’il fallait changer tel ou tel roulement, on m’a répondu que c’était l’usage. Nous avons alors commencé à surveiller l’état des équipements avec SKF et j’ai été surpris de constater qu’en cinq ans, nous n’avons pas eu à changer les roulements des réducteurs principaux. »

C’est dur de rester numéro un. Le fonctionnement 24 h/24 de l’usine sucrière épuise hommes et machines, affirme Arcadio Lozada. Néanmoins, VMC s’enorgueillit d’une productivité plus élevée, d’une saison plus longue et d’un meilleur rendement que ses concurrentes. « Grâce à notre productivité, les exploitants viennent de loin pour nous proposer leur canne à sucre afin de tirer un plus grand bénéfice de leur récolte », souligne Anne Tiongco.

 

Produits et solutions SKF chez VMC

  • Roulements à rotule sur rouleaux étanches.
  • Semelles en deux parties.
  • Système de maintenance assistée par ordinateur (CMMS) installé d’ici fin 2013.
  • Chaîne de transmission de puissance pour le principal système de convoyage des cannes à sucre.
  • Systèmes de lubrification centralisée.
  • Analyseurs FFT de vibrations portables SKF Microlog pour la maintenance conditionnelle.
  • Instruments et outils de maintenance.

 

SKF et VMC
Le broyage des cannes à sucre est un segment commercial stratégique pour SKF Philippines. SKF est partenaire de la Victorias Milling Company (VMC) depuis 30 ans.

« Quand VMC procède à une amélioration technique, les autres raffineries veulent lui emboîter le pas », dévoile Arnolfo Moncada, responsable des systèmes de fiabilité chez SKF Philippines.

VMC comptant quelque 700 machines tournantes, les débouchés sont nombreux pour les produits SKF. Les roulements et les paliers sont les seuls éléments visibles de la contribution du Groupe. La formation, les outils, les lubrifiants et la maintenance conditionnelle contribuent tous également à la prospérité de l’entreprise philippine.

Selon Anne Tiongco de VMC, les programmes de maintenance de SKF ont permis de réduire l’usure des machines. « Il est indispensable pour notre productivité que les pièces ne soient pas victimes de défaillances et provoquent des arrêts de production. La formation du personnel assurée par SKF est très importante. C’est un élément clé de notre partenariat. »

SKF Microlog est une marque déposée du Groupe SKF.

 

Sur le même sujet