Production

Comme un avion sans ailes

Le marché florissant des simulateurs de vol de pointe permet à une entreprise suisse de décoller.

Related Articles

En bref

Une solution plateforme

Les simulateurs de vol SimAviatik sont montés sur des plateformes mobiles composées essentiellement de montages de composants Siemens et SKF. Ils ont été conçus dans un premier temps avec une plateforme deux axes et deux vérins linéaires de la gamme SKF Matrix (ceux-ci ont été remplacés plus tard par des modèles de la série Magforce). Pour rendre la plateforme plus dynamique, on a ajouté un autre axe et choisi un nouveau vérin linéaire avec servomoteur de la gamme SKF CASM. Les vérins ont été intégrés dans une colonne télescopique ou tube de guidage SKF FRE pour compenser les forces collatérales qui agissent sur la plateforme en mouvement. Relier les commandes de pilotage à la plateforme mobile a été la principale difficulté, mais SimAviatik l’a surmontée grâce au savoir-faire de Siemens en matière de direction et à l’expertise de SKF dans le domaine des vérins.
Les vérins SKF sont conçus pour remplacer les modèles pneumatiques, ce qui permet de consommer beaucoup moins d’énergie pour le même niveau de performances par rapport aux systèmes pneumatiques équivalents, lesquels n’offrent qu’un rendement de 6 % seulement. Des informations complémentaires sur les vérins SKF sont disponibles dans la partie guidage linéaire du catalogue SKF.

Liens apparentés

SimAviatik

Contact commercial

skf.schweiz@skf.com, skf.schweiz@skf.com

Dans le petit village de Pratteln, près de Bâle, en Suisse, le siège de SimAviatik se fond dans la masse. Les visiteurs doivent vraiment savoir où ils vont car aucune façade en verre ou grand parking ne trahit la présence de l’entreprise. Simplement, une allée étroite conduit à une porte de garage ordinaire.

Cet extérieur anonyme cède bientôt la place à un hall de production bien éclairé. Ça et là, des postes de pilotage éparpillés autour desquels s’affaire une petite équipe. Le moindre mouvement est précis et en apparence coordonné, rappelant la minutie de l’horlogerie qui a fait la réputation du pays.

« Nous sommes en train de livrer un Boeing 737 », annonce le PDG Markus Haggeney. Il ne fait pas référence à l’avion mais à son simulateur de pointe.

Ces machines sont principalement vendues aux exploitants de centres de simulation de vol, mais pas uniquement. « Il y a de véritables passionnés qui veulent en installer un juste en face de leur sauna », plaisante Markus Haggeney en faisant référence à un chef d’entreprise suisse qui possède un simulateur de vol SimAviatik dans son sous-sol. Excentrique ? Peut-être, mais le PDG est impressionné par de tels clients : « L’étendue de leurs connaissances est incroyable. Ils connaissent sur le bout des doigts les règlements de l’aviation civile, l’emport carburant ou la radionavigation. »

Vendus entre 50 000 et 200 000 francs suisses pièce (40 000 à 160 000 euros), les simulateurs SimAviatik peuvent reproduire, avec 90 % de précision, le fonctionnement d’un véritable avion en vol. La qualité est primordiale : les machines peuvent être livrées dans les huit à 16 semaines suivant la commande, mais aucune n’est expédiée avant qu’un pilote professionnel ne l’ait testée. En outre, le client peut prendre rendez-vous pour un vol test avant expédition. Ainsi, il sait exactement ce qu’il va recevoir. Un autre vol test effectué à la livraison boucle le processus.

SimAviatik fabrique des simulateurs de vol depuis 2005. « Les fondateurs ont montré l’exemple avec leur esprit de pionniers et ils ont prouvé que leur idée marchait », poursuit Markus Haggeney. Si les premiers appareils n’ont été vendus qu’en réseau, l’entreprise joue aujourd’hui dans une autre division, une évolution qui lui demande de coopérer avec Siemens et SKF (voir encadré).

Le nombre de centres de simulation de vol, le principal groupe cible de SimAviatik, s’est multiplié ces dernières années et le marché mondial est devenu un marché de masse. Malgré l’intensification de la concurrence, l’entreprise se maintient en mettant en avant son identité suisse, synonyme depuis longtemps d’excellence. « Le client qui veut le simulateur de vol d’un Boeing 737 recherche de la qualité et ne prête pas attention au prix », insiste le PDG.

En fin de compte, le vol en lui-même est le point fort de Sim­Aviatik : tous ceux qui s’installent aux commandes de ses appareils quittent le monde ordinaire pour s’envoler vers d’autres cieux.