Industrie

Bon anniversaire !

L’Italie vient de fêter les 150 ans de son unification. SKF a contribué aux festivités en offrant une nouvelle installation au musée de l’automobile de Turin.

Related Articles

L’histoire de la péninsule italienne se perd dans la nuit des temps. À Rome, elle est partout visible sous la forme des vestiges séculaires que sont le Colisée, le Forum ou le Panthéon.

Malgré cette omniprésence, l’Italie est une jeune nation. À la chute de l’empire romain, la fameuse botte se fragmente en une multitude de royaumes et de villes-États. Mais, en 1861, suite à une période tumultueuse appelée Il Risorgimento (la renaissance), elle est unifiée par la maison de Savoie dont le chef devient roi d’Italie sous le nom de Victor Emmanuel II. La nouvelle nation couvre toute la péninsule.

Turin est la première capitale. Puis c’est au tour de Florence en 1865. En 1870, pendant la guerre entre la France et la Prusse, Napoléon III retire ses troupes des États pontificaux, permettant aux soldats italiens d’y faire leur entrée. Peu de temps après, la ville éternelle devient capitale du royaume.

En 2011, les Italiens ont fêté le 150e anniversaire de l’unification et SKF a contribué aux festivités. Lorsque la rénovation du musée de l’automobile de Turin a été votée, la direction a demandé au fabricant de roulements de concevoir une installation décrivant le présent et l’avenir de l’automobile et s’inscrivant dans la lignée des collections de l’institution.

L’installation en question est composée d’un grand écran plat LCD et de quatre écrans tactiles qui montrent en quoi les performances et la tenue de route d’un véhicule dépendent de composants invisibles.

Il est tout à fait justifié que ce projet commémoratif se focalise sur l’industrie automobile italienne. En effet, depuis des années, les constructeurs transalpins proposent des véhicules à toutes les couches de la population, des Fiat en série qui ont permis à des millions d’Italiens de se déplacer aux Ferrari et Maserati, qui, tout en faisant rêver des milliers et des milliers d’amateurs, ne sont à la portée que de certains portefeuilles. Cette industrie fait partie intégrante de l’Italie d’aujourd’hui et offre un petit quelque chose à chacun.